Sélectionner une page
Mes objectifs 2019

Ecrit par Laurent

22 février 2019

Nous sommes déjà à la fin du mois de février et il est donc grand temps de poser mes objectifs pour l’année. Ceux qui me suivent en connaissent déjà les jalons principaux. En même temps, il s’agissait surtout, dans mon propre intérêt, de définir plus clairement mon plan d’entraînement pour le premier semestre.

Les objectifs principaux étaient définis, il restait encore à mettre en place les pierres d’achoppement permettant de les atteindre. La difficulté de l’exercice était de parvenir à combiner mes objectifs principaux, d’intégrer des courses du challenge du Groupe Athlétique de Gembloux et enfin d’intercaler mes séances de coaching “Je Cours Pour Ma Forme“… Pas si simple, mais voilà chose faite et en voici les détails.

Le Namur International Marathon

Le premier objectif que je me suis fixé est ma participation au Namur International Marathon qui aura lieu le 12 mai prochain. S’il ne s’agissait que de le courir et de parvenir à le terminer, la chose serait bien trop aisée. J’ai rajouté une pression supplémentaire qui est de le terminer dans un temps maximum de 4h00. Si le temps en lui même ne semble pas être une difficulté pour la majorité des coureurs que je côtoie, ça l’est néanmoins par rapport à mes capacités actuelles. J’ai toujours dans l’esprit ma première tentative ratée lors du TCS Amsterdam Marathon en 2017 et je sais depuis ô combien l’épreuve est intransigeante et ne pardonne pas le manque d’entraînement et le non respect de ses limites.

Bien en dehors de ma zone de confort donc, j’ai entamé les entraînements pour y parvenir. Parce que je suis absolument convaincu que le plan d’entraînement que j’avais suivi pour le TCS Amsterdam Marathon est excellemment bien construit, je l’ai calqué pour cet objectif.

L’entraînement se déroule sur 15 semaines et peut-être divisé en deux parties principales. La première met l’accent sur le travail de la vitesse, avec des séances dites Pyramides à 3 allures, de Vitesse Maximale d’Aérobie (VMA) et de seuil. La seconde est axée sur le volume, avec un allongement des temps de course lors de sorties longues, et sur l’allure marathon. Le tout étant toujours effectué en privilégiant un travail sur la fatigue, puisque les quatre séances d’entraînement prévues par semaine sont regroupées en deux fois deux jours d’affilée.

Afin de rompre avec la monotonie des sorties plus longues du weekend, j’ai intégré certaines courses du Challenge du Groupe Athlétique de Gembloux (oui, cette année je serai classé, je le jure ! 😁) et d’autres qui correspondaient mieux aux séances d’entraînement requises. Mon choix s’est également porté dans la mesure du possible sur des courses qui étaient liées à un objectif caritatif. N’oublions pas que le Namur International Marathon s’est associé avec la Chaîne de l’Espoir (voir l’encart en fin d’article), qui tend à contribuer à l’amélioration de l’accès aux soins de santé pour les enfants défavorisés. Les voici dans l’ordre chronologique et avec les allures préconisées que j’essaierai d’appliquer :

Comme il n’y a aucun secret à cela, voici le lien vers un fichier PDF qui reprend le programme d’entraînement que je suivrai pour le Namur International Marathon.

Programme d’entraînement complet

Enfin, pour clôturer ce premier semestre 2019, je participerai le 19 mai, en mode super touriste , à la 40ème édition des 20 km de Bruxelles, grâce à RunAttitude, magasin spécialisé en articles de running, trail et outdoor. 

Le Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes

Le second objectif que je me suis fixé est ma participation au Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes, le 3 novembre.

Si mon choix s’est d’abord porté sur le Maraton Valencia Trinidad Alfonso (Valence), j’ai soumis l’idée dans le Groupe Athlétique de Gembloux que d’autres personnes prennent part à cette sortie non officielle. Au final, nous sommes une petite dizaine à nous être décidés, avec des coureurs intéressés par la distance mythique du marathon et d’autres par des distances moins astreignantes en entraînements. La problématique à Valence, bien qu’un semi-marathon soit également planifié, est que les deux épreuves ne se déroulent pas le même weekend, mais à une semaine d’intervalle. Il n’était donc plus envisageable d’organiser un “Race Trip” rapide. 🤔 Nous nous sommes mis en quête d’une autre course organisée en novembre et sous des cieux plus cléments que ceux de notre plat pays. Nous avons opter pour Nice. 🌴

Il est certain que depuis ce matin je ne peux plus m’esquiver, puisqu’aussi bien les réservations de vols et d’hôtels que l’inscription à la course sont validées. 😱 Et comme je suis très optimiste sur la réalisation de mon objectif de 4h00 sur le Namur International Marathon, j’ai monté la barre à 3h45 sur le Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes. Ce type est fou ! 😝 Au vu du challenge lancé à mon ami Carl, il n’est même pas pensable que je mette plus de temps pour le faire ! 😝 C’est qu’il est affûté notre Carlito ! Il peut déjà se targuer d’un joli 3h39 sur le TCS Amsterdam Marathon en 2017… Il va falloir en mettre une couche et me retrousser les manches.

Au niveau de l’entraînement que je vais suivre, bien rien n’est encore moins certain. Je pense naturellement à dupliquer une nouvelle fois le programme d’entraînement actuel, avec les mêmes contraintes que pour le Namur International Marathon (harmoniser les sorties “Challenge du club” et le coaching “Je Cours Pour Ma Forme“).

Une course est déjà reprise d’office dans mon planning, la 100ème édition du Sedan-Charleville le 6 octobre : la plus ancienne course de ville à ville de France, d’une distance de 23,6 km.

Pour conclure

Beaucoup de bitume à avaler pour moi cette année, avec ces deux beaux objectifs. Des entraînements qui ne me laisseront pas beaucoup de périodes calmes, sauf en mai et juin et, après novembre, où je m’octroierai quelques semaines de repos bien méritées pour entamer une année 2020 en pleine forme ! Qui a prononcé le mot hibernation ? ☃️

En tous cas, j’ai déjà quelques idées d’objectifs en tête pour l’année prochaine ! C’est grave Docteur ? 

 

La Chaîne de l’Espoir Belgique contribue à l’amélioration de l’accès aux soins de santé pour les enfants

“Les enfants défavorisés n’ont pas accès aux soins de santé de qualité dans certains pays : la Chaîne de l’Espoir Belgique se bat contre cette injustice de naissance. Elle soutient les hôpitaux, forme leur personnel, soigne et opère des enfants.”

Pour les soutenir dans leur mission, rien de plus simple, rajoutez un montant complémentaire via le formulaire lors de votre inscription au Marathon International ou Semi-Marathon de Namur, ou directement via leur site internet.