Sélectionner une page
Matériel : A quoi je fais attention lors de l’achat d’une montre d’activité

Ecrit par Laurent

28 janvier 2019

Garmin Fenix 5

Avant de réellement vous dire à quoi je fais attention lorsque je choisis une nouvelle montre pour enregistrer mes activités sportives, je pense qu’il est utile de tenter de résumer et de traduire en langage commun, les principales caractéristiques techniques que l’on retrouve sur les différents modèles, toutes marques confondues.

 

Lorsque l’on souhaite acquérir sa première montre de running ou investir dans une montre présentant des fonctions plus avancées, il est en effet souvent difficile à la simple lecture des informations du fabricant de réaliser son choix en toute connaissance de cause.

Les caractéristiques sont tellement nombreuses et techniques que l’on peut facilement s’y perdre, sans réellement comprendre l’importance de certaines spécificités.

Bracelets Suunto

Bracelets

Le choix du bracelet est important. En contact permanent avec votre peau, il se doit d’être confortable, mais pas uniquement. Lorsque vous pratiquez votre activité sportive, vous transpirez. Le matériaux du bracelet doit donc être résistant à l’acidité de la transpiration et son entretien doit facile.

 De manière générale, on retrouve quatre types de bracelets : les bracelets en silicone, en cuir, en textile et en métal.

 Les bracelets en silicone constituent la meilleure solution si vous pratiquez votre sport de manière régulière. Ils sont confortable, résistants et faciles à nettoyer. Un passage sous l’eau et le revoilà comme neuf. Leur désavantage principal est qu’ils ne sont pas très esthétiques. Ils se marieront difficilement avec votre costume ou votre tailleur, bien que les constructeurs font des efforts pour proposer des gammes plus recherchées esthétiquement.

 Les bracelets en cuir sont selon moi sans conteste les plus beaux mais ont la fâcheuse tendance à ne pas résister aux exigences de la pratique sportive. L’eau de piscine ou la transpiration auront tôt fait d’altérer le bracelet et vous serez rapidement amenés à le remplacer.

 Les bracelets en textile sont moins confortables lorsqu’ils sont en contact avec votre peau. Par contre, ils sont très résistants et d’entretien facile. Ils sont principalement utilisés pour les personnes portant leur montre au-dessus d’un vêtement. Esthétiquement ils restent très orienté “sport” même s’ils existent en couleurs sobres et passe-partout.

 Les bracelets en métal sont pour moi les moins confortables (ils ont tendance à pratiquer une épilation de vos poignets pendant que vous les portez) mais aussi esthétiquement réussis que les bracelets en cuir. Ils sont également les plus durables et faciles d’entretien. Autre inconvénient, ils ne sont pas ajustables en fonction de ce que vous portez. Si vous souhaitez le porter au-dessus d’un vêtement (veste de pluie par exemple), fort est à parier qu’il sera trop serré puisque réglé pour tenir sur votre poignet nu.

 Les constructeurs tentent de palier aux inconvénients des différents types de bracelet et de conjuguer les avantages. Pour ce faire, ils proposent de plus en plus des attaches dites rapides sur les montres, permettant d’intervertir les bracelets en fonction de votre vie quotidienne.

Polar Vantage M white

Vitre

Le verre utilisé pour la vitre de la montre se décline également en plusieurs types.

Il existe globalement trois types de verre cités en ordre de qualité croissant : l’acrylique, le minéral et le saphir.

L’acrylique : on ne peut pas à proprement parler d’un verre, puisqu’il s’agit de plastique. Il est peu résistant aux chocs et aux éraflures  mais c’est le type de verre le moins cher.

Le minéral : plus résistant que l’acrylique, il est néanmoins aussi fragile aux éraflures et aux chocs. La finition est meilleure que sur les verres acryliques.

Le saphir : c’est le top de la gamme. C’est aussi le plus cher. Il est pratiquement inrayable et équipe les modèles haut de gamme des fabriquants.

A propos de tout ce que l’on ne voit pas

  • Degré de résistance à l’eau : le degré de résistance à l’eau détermine la capacité de résistance de votre montre à fonctionner dans un milieu humide ou immergé. Généralement indiqué en ATM (Atmosphère normale), plus le chiffre indiqué est élevé, plus la montre est étanche et résistante.  Un boîtier avec 5 ATM vous permettra de prendre votre douche avec votre montre, mais pas de pratiquer la natation, pour laquelle 10 ATM minimum sont nécessaires. Pour la plongée sous-marine, il faut au minimum passer à 20 ATM.
  • GPS, GLONASS et GALILEO : les montres de sport peuvent être équipées d’un ou plusieurs systèmes de géolocalisation. Sur terre, il existait jusqu’en 2014 à deux systèmes de géolocalisation : le système américain GPS (Global Positioning System) et le système russe GLONASS (Système global de navigation satellitaire). A ceux-ci s’est rajouté le système européen GALILEO.  En gros, plus vous pouvez vous connecter à des systèmes différents, plus la précision et la stabilité de votre géolocalisation seront assurées. Il n’est pas rare d’avoir des pertes de signal GPS lorsque vous courez dans les bois, mais la combinaison des systèmes permet de conserver l’exactitude de votre tracé.
  • Moniteur de fréquence cardiaque : Deux systèmes existent pour la captation de votre rythme cardiaque : le capteur au poignet et le capteur via sangle thoracique. L’avantage du capteur au poignet est qu’il est plus confortable que la ceinture thoracique. Il a néanmoins ses limites puisque actuellement, les changements de rythme rapides (à cause d’un entraînement fractionné par exemple) sont mal restitués. Il ne permet donc pas de faire des analyses poussées des entraînements. Pour cela, il faut obligatoirement passer par la sangle thoracique, qui pourra fournir des informations fiables sur le rythme cardiaque, mais pas uniquement : la sangle peut également transmettre d’autres informations telles que la longueur de la foulée, la cadence, l’équilibre gauche-droite de votre foulée, la hauteur de votre déplacement vertical en course, … données qui bien utilisées, permettent d’améliorer les performances en modifier sa manière de courir (il faut avouer qu’à ce moment, on entre réellement dans une autre dimension d’entraînement…).
  • Connectivité : Les montres proposent plusieurs types de connexion : Bluetooth, ANT+ et Wi-Fi. En gros, le bluetooth permet la connexion entre autres à votre smartphone, à des écouteurs ou à votre balance, le ANT+ à vous connecter à différents types de capteurs (je parlais ci-dessus de la ceinture cardio thoracique, mais aussi des capteurs de puissance, de cadence, …) et le Wi-Fi à des réseaux internet haut-débit. Comme chez vous à la maison, ce qui permettra à peine passé le pas de votre porte, d’avoir les informations de votre session d’entraînement directement transmise dans le cloud (lisez vers votre site de suivi de vos activités : Garmin Connect, Strava, Endomondo, Runkeeper,…).

Ceinture cardio thoracique Garmin

Ce à quoi je fais attention lorsque j’achète une montre

Si vous êtes mordus par le virus de la course à pieds, il serait également utile de faire attention à ce que la montre que vous achetez ne vous limite pas à un certain moment dans votre désir d’évolution. Une montre d’activité à son prix et est un investissement qui vous accompagnera pendant de longues années ; bien souvent vous changerez de montre non pas parce qu’elle ne fonctionne plus, mais parce que vous avez envie d’acquérir le nouveau modèle…

Pour moi, les éléments les plus importants sont :

  • une combinaison des trois systèmes de géolocalisation (je ne supporte pas les pertes de géolocalisation, qui vont de paire avec des données d’activité faussées) ;
  • une ceinture cardio thoracique est pour moi plus importante que la prise de cardio au poignet ;
  • l’autonomie de la batterie lorsque le suivi de géolocalisation est activé. Lorsque je pars en randonnée pour plusieurs heures, j’aime que mon “GPS” me suive sur la totalité du temps de la randonnée. Il me faut donc une autonomie d’une dizaine d’heure minimum ;
  • les types d’activité que je peux réaliser avec la montre. Pour moi il s’agit de la course à pieds (en extérieur et en salle), le trail, le cyclisme (en exérieur et en salle), le fitness et la randonnée ;
  • Un altimètre et un baromètre ;
  • La possibilité de définir des entraînements fractionnés ;
  • La prise en charge d’autres capteurs que le cardio (notamment de cadence pour le vélo).

En dehors de ça, je ne me focalise pas spécifiquement sur un élément.

En espérant que cela vous donnera une idée plus claire des différents choix possibles, je vous souhaite de faire le choix qui vous convienne le mieux pour votre future montre de running. Et surtout, prenez beaucoup de plaisir durant vos activités !